fine quantity of cheap aaa richard mille replica. i ran a search on photobucket today to see what www.amazewatches.com i could find. flawlessness during the watchmaking operation is a foundation of orologireplica.to. replika órák for sale in the pursuit of the ultimate elegance at the same time the perfect fusion of ingenuity unique bold design. https://fakerolex.is/ reddit contains important features of sophisicated watchmaking in future: character, reliability, full-service, fantastic craftsmanship and technology. swiss replica watches in our online store is characteristic of preeminent watchmaking craft. best swiss replica rolex has realized the dream of owning the excellent quality of watches.

Organisation

Rencontre avec le koala : la mascotte de l’Australie

Aujourd’hui, partons à la découverte d’un animal considéré comme véritable emblème de l’Australie : le koala.

le koala
Le koala

Avant d’entrer dans les détails, vous pouvez très bien passer un weekend en famille à la découverte du Koala sans avoir à partir à l’autre bout du monde grâce à plusieurs parcs zoologiques en France.

En Australie, l’île-continent qui se baigne dans l’Océan Indien, le koala, un petit mammifère marsupial de la famille des Phascolarctidae, évolue sur les côtes de l’Australie-Méridionale et orientale. C’est un animal de petite taille, comprise entre 61 cm et 85 cm et qui pèse environ 4 kg pour certains spécimens et 14 kg pour d’autres. Le dimorphisme sexuel est très marqué chez les koalas, puisque, à l’âge adulte, les mâles pourraient être deux fois plus grands et plus gros que les femelles. Le koala est habillé d’une fourrure épaisse et laineuse de couleur marron virant au gris argenté lui permettant de bien se camoufler dans les arbres. Des poils touffus, formant des franges blanches couvrent ses grandes oreilles rondes. Son visage se distingue par un nez proéminent, et de petits yeux surplombent sa grosse narine.

Le koala possède cinq doigts et cinq orteils au bout desquels des griffes bien pointues et aiguisées lui permettent de mieux s’accrocher aux branches et de grimper facilement dans les cimes des arbres. Le koala est doté d’une main préhensile et la répartition de ses doigts et orteils lui donnent accès à plusieurs activités, entre autres celle de se débarrasser des tiques dont il fait souvent l’objet. Le koala, contrairement aux autres espèces marsupiales, n’a pas de queue visible à l’extérieur, ce qui lui permet une bonne assise quand il se trouve sur les branches. Particulièrement, le pelage du koala perd sa touffe en été, mais redevient plus dense les autres saisons. On accorde au koala une longévité de 15 ans chez les mâles, jusqu’à 20 ans chez les femelles.

Le koala, le petit paresseux de la grande île

Le koala est une espèce endémique de l’Australie. On l’appelle également « paresseux australien », car le koala est un grand dormeur. Ses heures de sommeil peuvent atteindre en moyenne les 18 heures, voire 20 heures. Il peut dormir de jour comme de nuit. C’est un animal nocturne qui est actif au crépuscule jusqu’à minuit. Il est rare de voir un koala en activité le jour. En éveil la nuit, le koala use de ses capacités sensorielles au niveau des oreilles et du nez, car son acuité visuelle est assez réduite pour pouvoir distinguer dans le noir. Son ouïe et son odorat très développés lui servent de repères pour assurer sa survie, mais surtout pour reconnaître son territoire et ses capacités de séduction pour un éventuel accouplement.

Le koala est un mammifère arboricole qui se nourrit de feuilles et d’écorces. Son alimentation est, en grande partie sinon exclusivement, composée de feuilles d’eucalyptus. Sa consommation journalière est d’environ 510 grammes de feuilles d’eucalyptus fraîches qu’il cueille au fur et à mesure. La population de koala se concentre ainsi dans les forêts claires riches en eucalyptus. Selon les régions, les zones propices à leur survie peuvent se trouver dans des forêts humides, dans les forêts tropophiles ou encore sur les côtes dans lesquelles abondent les lianes. Le koala ne boit presque jamais, mais on remarque que l’apport en eau dont il a besoin est complet quand il lèche l’humidité sur les troncs d’arbres. Sa ration d’eau quotidienne est généralement remplie par la substance présente dans les feuilles d’eucalyptus. La digestion chez les koalas se traduit par une défécation fréquente, jusqu’à 150 fois par jour, se caractérisant par des petites boules sèches. En effet, le koala préserve l’eau dans son corps puisqu’il ne boit presque pas.

Dans la plupart des cas, le koala reste grimpé dans les arbres, il est rare de voir un koala au sol. Le koala n’emprunte pas les marches à quatre pattes, au sol, que quand la distance entre les deux arbres est assez importante. C’est un fin acrobate et il est très agile pour sauter entre les branches. Avec le climat plutôt spécifique de l’Australie qui se caractérise par des changements subits, entre pluies, soleil et vents, le koala choisit les arbres sur lesquels se constituer un abri et change régulièrement d’habitat. Pendant l’hiver ou pour se protéger des vents froids, le koala adopte une posture en boule, pelotonné dans sa fourrure, ne laissant aucune espace vide pour garder le mieux possible la chaleur. Toujours dans les arbres, en saison chaude, le koala se prélasse de façon décontractée, déliée, pour profiter du soleil.

Le koala vit en solitaire et n’a aucune relation avec son entourage que pendant la saison de reproduction qui se passe pendant l’été austral, du décembre au mois de mars. C’est au koala femelle, quand elle cède aux avances d’un mâle, de prendre la décision d’entamer un accouplement. Quand le koala femelle est encore occupée à l’éducation de son petit, née d’une précédente gestation, la saison des amours peut se faire entre le mois d’octobre et le mois d’avril. Le koala est une espèce polygame, on peut ainsi rencontrer des mâles qui luttent entre eux pour les faveurs des femelles, le plus dominant peut s’accoupler avec plusieurs femelles. Le coït proprement dit se fait avec une certaine violence et ne dure de quelques secondes à 2 minutes environ. La gestation dure environ 35 jours à l’issu de laquelle naît un bébé koala d’environ 1 gramme et d’une taille minuscule entre 1,5 cm et 1,8 cm. Le koala atteint son indépendance à ses 12 mois et le mâle entame ses premières expériences sexuelles à 4 ou 5 ans tandis que chez la femelle, la maturité sexuelle est plus précoce, estimée à l’âge de 2 à 3 ans.

Le koala, spécialiste de la communication

Le koala est un animal calme est silencieux, mais en matière de communication, il peut adopter différents cris  pour chaque situation. Les mâles, au moment du rut, s’adonne à de puissants cris de parades, qui peuvent être entendus à un kilomètre aux alentours. Ce mugissement de parade se traduit par des cris qui résonnent encore plus pendant la nuit pour dissuader les autres mâles. Le koala, lors d’une rencontre avec un autre individu, émet différents cris qui connotent l’agressivité. Tantôt des cris courts et forts dans une voix rauque, tantôt des grognements et souvent des cris perçants qui semblent venir de loin.

Le koala, que ce soit un mâle ou une femelle, fait souvent appel aux cris de stress quand il se sent en désarroi. Ces cris de stress s’accompagnent souvent de tremblement, surtout quand il ne se sent pas en confiance devant des manipulations humaines. Le cri territorial est émis par le mâle pour marquer son espace. Il suggère des positions de dominance quand un combat est imminent. Chez les femelles ainsi que chez les jeunes, la colère et l’inconfort se manifestent par des sons assimilés à des grincements et des claquements. À part les cris, la communication se fait également avec des marquages, avec l’urine pour les femelles et avec les glandes pectorales chez les mâles.

Le koala, une espèce vulnérable

Le koala est une espèce qui ne se rencontre que sur l’île-continent qu’est l’Australie. Comme prédateurs, ceux du koala sont les dingos, une espèce de chouette dont l’envergure peut atteindre les 1,40 mètre, les aigles d’Australie, les pythons et les varons. Le plus grand prédateur qui menace la survie du koala est l’homme. À part la sécheresse qui sévit sur une grande partie de la grande île, notamment dans les régions où les forêts sont implantées, les feux de brousse sont les principales causes de la destruction de ses environnements. Les violentes incendies des années 2019 et 2020 qui ont fait ravage en Australie ont fortement impacté sur la survie des koalas. On a enregistré plus de 61 000 individus qui ont trouvé la mort pendant cette période. Le recensement des koalas n’a pas permis de connaître leur nombre exact, mais les ONG qui travaillent pour leur cause avancent un chiffre assez bas d’environ 43 000 individus.

Le koala peut aussi faire l’objet d’accidents en traversant la route, puisque la proximité des zones urbaines et des forêts est assez insignifiant. Le koala est aussi une espèce susceptible d’être touché par une série de maladies, notamment la chlamydiose qui réduirait sa fertilité et corrompt la pérennité de l’espèce, même si sa situation n’est pas encore si alarmante. Les rétrovirus, souvent transmis par les rats, sont également des dangers qui menacent le koala. La fourrure du koala peut aussi faire l’objet d’habitat pour des parasites, notamment la mite de koala, portant atteinte à sa santé.

Reconnu comme symbole de l’Australie, le koala est une espèce de plus en plus protégée, faisant l’objet de plusieurs textes et lois. Autrefois chassé par les aborigènes pour sa viande et sa fourrure, le koala est actuellement  moins exposé à ces pratiques.

Le plaisir de voir le koala dans son quotidien

Le koala est un petit animal fascinant que beaucoup de cinéastes et de réalisateurs l’ont mis en haut de leur affiche. Plus de 150 productions de films et de dessins-animés racontent des aventures de ce mammifère, et les enfants l’adorent. Leur donner l’opportunité de le rencontrer, en chair et en os, est accessible en observant le koala dans le parc zoologique. Des soigneurs sont présents pour offrir au koala les soins nécessaires à leur évolution. L’observer dans un milieu assimilé à sa nature peut ainsi se faire en toute sécurité.

A lire aussi

Louer une voiture au Costa-Rica : que faut-il savoir à propos ?

administrateur

Quelles étapes réaliser avant de partir à l’étranger ?

administrateur

Faut-il louer ou acheter son bateau de plaisance ?

Journal

Service de transfert à l’aéroport : pourquoi choisir un taxi ?

administrateur

Votre taxi à Bruxelles pour un séjour réussi

Journal

Pourquoi choisir un chauffeur privé pour vos déplacements ?

Journal

3 solutions de financement pour vos voyages!

Clarisse

Mobilité internationale : partez bien assuré !

Journal

3 situations pour lesquelles contacter le service client de votre hôtel

Journal